Notre histoire ressemble sans doute à celle de beaucoup d’autres. Nous sommes nés dans une partie du monde et dans un moment de l’histoire particulier, ce qui nous a permis de grandir en écoutant parler de liberté et de la chance que nous avions d’être là et pas ailleurs. Avec le temps, nous avons découvert que la seule liberté réelle dont nous bénéficiions véritablement était la liberté de consommer sans limites. Le scénario était écrit, tout bien ficelé : il s’agissait de nous contenter en nous laissant façonner en fonction des contraintes d’un système qui savait mieux que nous quels étaient nos besoins, mais tout cela, bien sûr, en toute liberté.
Finca-los-geranios teneriffaEncore jeunes, mais arrivés à une certaine maturité, et surtout après avoir essayé les programmes de vie que ce système nous offrait, parfois de façon parfaitement consciente et d’autres un peu moins, nous nous sommes rendu compte qu’il était nécessaire d’affronter plusieurs choses et de changer nos vies. Nous avons alors compris que pour pouvoir exercer cette fameuse liberté, nous devions nous défaire d’un certain nombre d’attaches de toute sorte qui nous unissaient avec les modèles imposés unilatéralement par notre culture, voire par notre famille. Nous avons réalisé aussi que nous devions développer notre tableau de principes et de valeurs comme ceux qui commencent par l’eau et la terre lorsqu’ils souhaitent créer leur figure d’argile la plus précieuse, en repartant à zéro et à notre façon.

C’est à ce moment-là que, les uns encourageant les autres, nous nous sommes mis à assembler les pièces de ce puzzle que représente pour nous la Finca Los Geranios. Nous avons commencé à réunir l’émotionnel, l’intellectuel, le physique et, petit à petit, une idée s’est forgée : le besoin de sentir de nouveau que nos vies nous appartiennent en affrontant les risques inhérents à nos choix, mais en chassant tous ces noms qui peuvent accompagner la peur : l’avenir, l’échec… la liste est longue, et triste. Ceci est un voyage collectif, mais aussi individuel. Nous faisons partie d’une société, mais nous croyons que tout doit commencer par une amélioration de nous-mêmes en tant que personnes, nous devons mener un travail sur nous-mêmes afin que ce soit notre essence qui s’engage avec nous, avec la société et avec la planète.

D’autre part, nous essayons de transformer ce que d’autres considèrent des déchets en ressources. Ainsi, nous créons un nouveau cycle de vie pour ces produits, sans pour autant perdre en confort ou en qualité de vie. Tout simplement, par exemple, nous construisons nous-mêmes notre mobilier extérieur avec des palettes en bois, qui autrement finiraient à la déchetterie. Aussi, nous nourrissons nos vers de compostage avec les restes de nos repas, pour qu’ils nous donnent en retour l’engrais de notre potager. Enfin, nous avons favorisé un système de chauffage nous permettant de recharger la chaudière avec les résidus de la récolte d’olives ou de noix qui, sans ça, finiraient à la poubelle : il s’agit du modèle cradle to cradle dont parlent les anglophones.

Nous souhaitons également profiter des conditions exceptionnelles de notre terre pour satisfaire nos besoins énergétiques. Pour l’instant, nous utilisons le rayonnement solaire pour fournir à la maison et à nos hôtes en eau chaude et pour chauffer la piscine, pour qu’y plonger soit parfaitement agréable tout au long de l’année. Aussi, comme nous l’avons signalé plus haut, nous disposons d’une chaudière biomasse pour le chauffage. Nous avons d’autres projets pour utiliser le vent qui remonte souvent depuis la mer à travers la vallée de Pedro Álvarez.

Voilà notre façon de voir la vie. Nous souhaitons la partager avec tous ceux qui auront envie de venir nous voir car, une chose est claire, c’est à travers le partage avec les autres que nous profitons le mieux de tout ce que cette vie a à nous offrir.

Sergio Fernández et Elisabeth Anselstetter